L’histoire du jour

Dysarthrie à l’héroïne  Abonné

Publié le 11/01/2011

Un Britannique de 42 ans, adepte des injections d’héroïne par voie sous-cutanée, est admis à l’hôpital Hammersmith de Londres pour un tableau associant dysarthrie, diplopie et dysphagie. L’examen clinique d’entrée montre un ptosis bilatéral, une lenteur du réflexe pupillaire à la lumière, une paralysie bilatérale du sixième nerf crânien ainsi que de multiples abcès au niveau des bras et des jambes. Peu de temps après l’admission, la dysphagie s’aggrave, ce qui conduit à intuber le patient pour protéger ses voies aériennes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte