Le bleu d'Avicenne

#  3 : Un bleu cuit

Publié le 16/05/2019
Pascale Dehoux

Pascale Dehoux

Le médecin explique au tisserand qu'il recherche des pashminas d'un bleu hypnotique, unique, envoûtant. L'artisan lui désigne tout un nuancier de fils rangés dans un coin de la minuscule pièce. Une dizaine de bleus s’enchevêtrent, du bleu ciel au bleu profond, presque noir. Le médecin plonge sa main dans ces larges pelotes, les aligne, en admire les superbes déclinaisons mais ne retrouve là que des tonalités habituelles.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?