Défaut de prise en charge : à Nantes, le SAMU avait refusé d'intervenir auprès d'une infirmière victime d'un AVC, le CHU condamné

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 26/02/2020

Crédit photo : S. Toubon

La Cour administrative d'appel de Nantes a condamné le 21 février le CHU de Nantes et son assureur (SHAM) à verser 40 000 euros à une infirmière victime d'un AVC pour cause de faute commise par le SAMU dans la prise en charge ayant entraîné un « préjudice moral spécifique »

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)