Le BLOC regrette la « franche incompréhension » de Marisol Touraine

Publié le 07/03/2013
- Mis à jour le 07/03/2013

Marisol Touraine a clos ce jeudi matin sa tournée des syndicats de médecins libéraux. Après avoir reçu la CSMF, MG France, le SML et la FMF, la ministre de la Santé s’est entretenue pendant 45 minutes avec les représentants du BLOC, syndicat de spécialistes de plateaux techniques (chirurgiens, gynécologues-obstétriciens, anesthésistes).

La discussion a essentiellement tourné autour de l’avenant 8, que le BLOC a refusé de parapher, tout comme la FMF. Le syndicat rejette le « contrat d’accès aux soins », proposé aux praticiens de secteur II, et dénonce le mécanisme visant à sanctionner les dépassements que l’assurance-maladie considère comme « abusifs », autre pierre d’achoppement.

Déçu, le Dr Philippe Cuq, coprésident du syndicat, estime que cet entretien a révélé la « franche incompréhension » de la ministre à l’égard du corps médical en général et des spécialistes de bloc en particulier. « Marisol Touraine ne perçoit pas la lecture que fait l’assurance-maladie de l’avenant 8, que nous dénonçons avec force. Lorsque nous lui avons exprimé nos craintes [des sanctions, NDLR], elle a réaffirmé son souhait de voir l’avenant appliqué ».

Impassibilité.

Le BLOC reste fidèle à sa ligne de conduite et « va continuer à encourager les confrères à ne pas entrer dans le dispositif voulu par l’avenant 8 ». « Nous avons rappelé à Marisol Touraine que nous avons déposé en janvier un recours devant le Conseil d’État [pour « excès de pouvoir » des caisses, NDLR], elle est restée impassible », raconte encore le Dr Cuq.

Le BLOC représente près de 60 % des praticiens de bloc opératoire.

Une heure avant de recevoir le syndicat, Marisol Touraine a estimé devant les journalistes de l’information sociale (AJIS) que le noyau dur des opposants minoritaires à l’avenant 8, certes « très actifs », représentaient moins d’un quart des médecins.