Multimédias, drogues, mal-être menacent le sommeil  Abonné

Publié le 27/04/2015

Retard de phase, activités tardives, lever tôt le matin pour la scolarité… L’adolescent est classiquement très exposé au manque de sommeil. La Dr Anne-Lise Bolot a présenté les conclusions d’une étude qui identifie et quantifie la part des principaux facteurs psycho-socio-environnementaux déterminant l’insomnie chronique durant l’adolescence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte