Les orthoptistes autorisés à renouveler et adapter les prescriptions de lunettes et lentilles

Par
Marie Foult -
Publié le 28/04/2020

Crédit photo : PHANIE

Les orthoptistes peuvent désormais renouveler et adapter sous certaines conditions les prescriptions de verres correcteurs et de lentilles, en vertu d'un décret publié au « Journal officiel ».

Plusieurs cas de figure sont précisés. Le renouvellement peut s'effectuer « après la réalisation d'un examen de la réfraction et sauf opposition du médecin mentionnée sur l'ordonnance », pour les prescriptions de lentilles datant de moins d'un an pour les patients âgés de moins de 16 ans et les prescriptions datant de moins de trois ans pour les patients de 16 ans et plus.

Pour les prescriptions de lunettes, l'ordonnance à adapter et renouveler doit dater de moins d'un an pour les jeunes (en dessous de 16 ans), de moins de cinq ans pour les patients de 16 à 42 ans, et de moins de trois ans pour les plus de 42 ans.

Le médecin prescripteur peut limiter la durée pendant laquelle l'orthoptiste peut adapter la prescription sur l'ordonnance, notamment dans certaines situations médicales.

L'orthoptiste qui adapte les prescriptions médicales doit mentionner sur l'ordonnance initiale l'adaptation de correction qu'il réalise, ainsi que son nom, prénom, qualité, et identifiant d'enregistrement. Il doit aussi en informer le prescripteur par « tout moyen garantissant la confidentialité des informations » et garder une copie de l'ordonnance modifiée « jusqu'à l'expiration de sa validité » – l'original étant conservé par le patient. Le texte applique les mêmes conditions d'adaptation et de renouvellement aux orthoptistes et aux opticiens, déjà autorisés depuis plusieurs années à le faire.

« Gain de temps »

Cette délégation de tâches a été saluée par le Syndicat national autonome des orthoptistes (SNAO). « Cette nouvelle organisation va permettre un réel gain de temps au sein d’une filière visuelle en tension depuis des années, ainsi que des économies substantielles pour des milliers de patients et les comptes de la Sécurité sociale », souligne le SNAO.

De son côté, le président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF), le Dr Thierry Bour, a qualifié ce changement de « non-évènement », le décret étant prêt depuis plusieurs mois, a-t-il indiqué.


Source : lequotidiendumedecin.fr