Diane 35 : l’ANSM décide la suspension

Les médecins s’interrogent  Abonné

Publié le 31/01/2013

SUR LES 315 000 femmes utilisatrices de l’antiacnéique Diane 35 (ou de l’un de ses génériques) en 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) estime que 60 % des prescriptions se feraient hors AMM dans le cadre d’une contraception orale uniquement. « Cette situation a assez duré (..). Il faut arrêter de l’utiliser comme contraceptif. Cela fait partie de la feuille de route que nous a donnée la ministre (de la Santé) », a déclaré lundi Dominique Maraninchi, directeur général de l’agence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte