Surveillance des malformations néonatales

Le pionnier des registres dans la tourmente  Abonné

Publié le 18/01/2012
1326853052315653_IMG_75563_HR.jpg

1326853052315653_IMG_75563_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

LA POLÉMIQUE est à la hauteur de la gravité du sujet de recherche de REMERA. Le registre, fondé après le scandale du thalidomide, antinauséeux responsable de la naissance d’enfants présentant de nombreuses malformations (absence ou atrophie des bras et des jambes) dans les années 1960, travaille depuis 1973 sur les malformations congénitales. À son actif, on peut citer qu’il a permis d’établir le lien entre incinérateurs d’ordures et malformations rénales et qu’il est à l’origine de l’interdiction d’un antiépileptique pour les femmes enceintes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte