Dossier

Bioéthique

L'archevêque de Paris aux médecins : « Le médecin n’a pas l’obligation de répondre à tous les desiderata des patients »

Publié le 07/05/2018
L'archevêque de Paris aux médecins : « Le médecin n’a pas l’obligation de répondre à tous les desiderata des patients »

Michel Aupetit
SEBASTIEN TOUBON

LE QUOTIDIEN : Comment qualifieriez-vous les évolutions de la médecine et, en parallèle, celles de la bioéthique ? Mgr MICHEL AUPETIT : La médecine évolue et c’est important : plus on a de moyens à disposition, mieux l’on peut soigner les patients. La question bioéthique est : que fait-on de ce progrès technique ?J’ai peur que nous pratiquions une médecine à l’anglo-saxonne, fondée sur le contrat, et non plus une médecine fondée sur la relation de confiance entre le médecin et le patient, qui est pourtant la tradition médicale française. Je crois beaucoup à cette…

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)