Le salut dans une collaboration interprofessionnelle ?

La gynécologie médicale en réanimation

Publié le 28/06/2018
démographie verticale

démographie verticale
Crédit photo : PHANIE

démographie horizontale

démographie horizontale
Crédit photo : PHANIE

L’harmonisation européenne de 1987 et la réforme de l’internat ont fait disparaître la formation spécifiquement française de gynécologie médicale. Sous la pression d’une pétition de 2 millions de signatures en 2003, un DES de gynécologie médicale rétablissait la spécialité sous la forme d’un tronc commun avec choix de cette filière après 3 ans dans le DES de gynécologie obstétrique (GO, loi Gillot), tronc commun abandonné un an plus tard pour donner naissance à un DES autonome sur une durée de quatre ans.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?