Dr Y, chirurgien hospitalier en Ile-de-France, 40 ans

Publié le 21/09/2009
- Mis à jour le 21/09/2009

« Ça m’est arrivé une fois d’être poursuivi. Je n’ai pas été convoqué, les deux assureurs se sont battus par avocat interposé. Dans le public, je ne peux être condamné qu’en cas de faute détachable du service, sinon je suis couvert par mon établissement. Dans le privé, la pression est beaucoup plus forte. Une seule plainte, et vous n’en dormez plus pendant des nuits. Vous êtes directement exposé, sauf en cas d’infection, car là, c’est la clinique qui est tenue pour responsable.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?