Déserts médicaux : 56 % des Franciliens préconisent la création de maisons de santé

Par
Martin Dumas Primbault -
Publié le 22/06/2018
maison santé

maison santé
Crédit photo : S. Toubon

L'institut de sondage IPSOS a dévoilé jeudi les résultats d'une enquête* sur la santé des Franciliens et leurs attentes en matière d'accès aux soins. Elle illustre à quel point les habitants de la région Île-de-France sont préoccupés par les problématiques de démographie médicale et souligne leur appétence pour les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP).

L'enquête dresse un constat édifiant sur l'accès aux soins dans la région (à la fois géographique et financier). Un Francilien sur deux (51 %) a déjà été contraint de se rendre dans un autre département pour obtenir un rendez-vous avec un professionnel de santé.

Plus inquiétant, 38 % de la population avoue avoir déjà renoncé à se soigner. Les raisons ? Elles sont financières dans 43 % des cas (dépassements d'honoraires ou mutuelle ne couvrant pas suffisamment les frais), devant les motifs liés à la pénurie médicale (délais d'attente trop long chez le spécialiste, manque de disponibilité du professionnel sollicité, refus de prendre de nouveaux patients).

La région attendue au tournant

Dans ce contexte, 95 % des sondés expriment de fortes attentes à l'égard de la région francilienne. Première préoccupation ? La lutte contre la désertification médicale : 57 % y voient la priorité numéro un, devant la formation d'un personnel médical et paramédical de qualité.

Côté solutions, le cœur des Franciliens balance du côté des maisons de santé. Plus d'un sur deux (56 %) juge qu'il s'agit d'une piste d'évolution « prioritaire » pour garantir l'accès aux soins dans les différents territoires. Ce chiffre grimpe même à 61 % sur les résidents de la grande couronne (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne et Val d'Oise).

Plus largement, les habitants d'Île-de-France veulent développer des synergies entre professionnels en favorisant les projets ville/hôpital (98 % y sont favorables) et en faisant évoluer les formations pour insister sur la nécessité du travail d'équipe (96 %).

Cette appétence des Franciliens pour les maisons de santé n'est pas passée inaperçue. À l'occasion de la présentation de son « Pacte pour les quartiers populaires de la région Île-de-France », la présidente de région, Valérie Pécresse, a annoncé l'objectif de soutenir 100 maisons de santé dans des projets de création, de restauration ou d'agrandissement d'ici à 2022.

* Sondage IPSOS « Les Franciliens et la santé », réalisé entre le 8 et le 13 juin sur 1 000 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population francilienne âgée de 18 ans et plus.


Source : lequotidiendumedecin.fr