Pénurie de matériel, de dépistage et de médicaments vitaux : 155 personnalités et associations réclament un plan d'urgence

Par
Loan Tranthimy -
Publié le 08/04/2020

Crédit photo : DR

« Le manque de masques ou de blouses de protection mettent en danger patients fragiles et personnels, soignant-e, technicien-nes, ménage, etc. Le manque de dépistage empêche de connaître les personnes asymptomatiques, contribue à de nouvelles contaminations au sein de l'hôpital et retarde la prise en charge. Les pénuries de sédatifs ou d'antibiotiques amènent déjà à des utilisations parcimonieuses et une baisse de la qualité des soins. Sans ces médicaments, les patients vont mourir en souffrant, d'étouffement par exemple. Toute dignité sera piétinée », préviennent 155 personnalités de tous horizons (sociologues, médecins, acteurs) et associations (Act Up, Aids…) dans une pétition en ligne, adressée au gouvernement et initiée par l’Observatoire de la transparence des politiques du médicament (OTMeds), une organisation non gouvernementale.

Plan de bataille

Lors de son audition à la commission d’information à l’Assemblée nationale, Edouard Philippe a admis à propos des médicaments indispensables que « les stocks sont limités et les tensions et inquiétudes des soignants réelles ». « C'est aujourd'hui le sujet sur lequel la concentration est la plus vive et sur lequel nous attachons le plus d'importance, a-t-il ajouté. Nous avons de quoi tenir durablement mais comme personne ne sait aujourd'hui combien de temps le pic ou le plateau va durer, nous savons que nous devons faire attention. »

Des réponses qui restent insuffisantes aux yeux des signataires qui mettent en cause la politique des gouvernements successifs. Si « l’ampleur de l’épidémie de Covid-19 a pu prendre les autorités de court », « les pénuries actuelles témoignent surtout de problèmes dénoncés de longue date : la privatisation et la délocalisation de la production des biens de santé », affirment-ils.

Alors pour y remédier, les signataires de la tribune demandent au gouvernement de prendre des mesures fortes comme « la programmation des besoins », « l’identification de l’origine des matières premières des médicaments et réactifs », « la réaffectation des productions ».

Vers une « indépendance pleine et entière » ?

 

Pour le Pr Rémi Salomon, néphrologue pédiatrique à l’hôpital Necker et représentant de la communauté médicale de l’AP-HP qui alerte depuis quinze jours sur le risque imminent de pénurie de médicaments, il faut non seulement « une coopération entre l'État et l'industrie pharmaceutique » mais aussi une participation de l'Europe « dans la guerre commerciale mondiale qui va se livrer dans les prochains mois ». En déplacement fin mars dans une fabrique de masques à Saint-Barthélemy-d'Anjou (Maine-et-Loire), Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de voir monter en charge rapidement la production française jusqu'à « l'indépendance pleine et entière ».  


Source : lequotidiendumedecin.fr