Dr Elise Teurnier : « En cas d'erreur médicale, dépasser le sentiment de honte est indispensable»  Abonné

Publié le 22/09/2020
Mauvaises pratiques, soins inappropriés, incidents, négligences… Dans ces situations, la culpabilité est inévitable. Pourtant, les internes ne doivent pas nourrir de honte, mais réussir à en parler pour se libérer, conclut une thèse récente.

Crédit photo : DR

Confrontés brutalement au sortir des ECN à des responsabilités cliniques et thérapeutiques auxquelles ils sont souvent mal préparés, les internes craignent l’erreur médicale et ils sont déstabilisés lorsqu’elle survient. C’est un sujet douloureux qu’ils n’osent souvent pas aborder et qui est parfois éludé par honte ou par peur. Pour que l’exercice futur ne soit pas impacté (défensivité, difficulté à poser un diagnostic, angoisses face aux patients…), il est essentiel de pouvoir partager avec les médecins seniors et les co-internes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte