Prothèses vaginales

Des indications restreintes  Abonné

Par
Christine Fallet -
Publié le 07/01/2019

Selon les recommandations de l’AFU, en cas de prolapsus symptomatique, les prothèses vaginales peuvent être posées en deuxième ligne sur des patientes bien sélectionnées et par des praticiens bien entraînés. La voie abdominale doit être privilégiée. « Cependant, 1 patiente sur 30 environ est victime d’une complication et aura besoin d’une reprise chirurgicale, a expliqué le Dr Adrien Vidart (hôpital Foch, Suresnes), car en cas d’érosion, aucune amélioration spontanée n’est possible. » L’érosion est mécanique, et le risque de colonisation bactérienne élevé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte