Entre avec le psychiatre, fondateur du cabinet Stimulus

Dr Patrick Légeron : « Les causes sont ailleurs, au niveau de l'organisation du travail »  Abonné

Par
Marie Foult -
Publié le 29/10/2018
legeron

legeron
Crédit photo : Legouhy

LE QUOTIDIEN : La hausse en volume des indemnités journalières dues aux arrêts de travail est-elle imputable aux médecins prescripteurs ?

Dr PATRICK LÉGERON : Non, je ne crois absolument pas ! Peut-être à la marge, il peut y avoir des situations où quelques arrêts de travail sont rédigés par le médecin non pas face à un problème de pathologie, mais parce qu'il perçoit que la personne est à bout et il le fait pour la protéger. Il n'y a pas de justification médicale au sens plein du terme, mais cela offre une soupape au patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte