Des formations et des groupes de parole pour ne pas craquer  Abonné

Par
Publié le 14/11/2019

Crédit photo : S. Toubon

« Pour prendre en charge la détresse psychique des patients migrants, la motivation ne suffit pas, explique le Pr Marie-Rose Moro, pédopsychiatre à Paris-Descartes, spécialisée dans les recherches sur les forces et les fragilités psychiques des migrants. La présidente de l’association internationale d’ethnopsychiatrie a donc créé le DU psychiatrie et compétences transculturelles qui utilise la culture des patients et leurs différences avec nos repères culturels comme des leviers thérapeutiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte