Dans le dédale des plans de crise  Abonné

Publié le 25/09/2020
Pas moins d’une trentaine de plans encadrent l’action étatique censée faire face aux situations sanitaires exceptionnelles de toutes natures. Conçus et mis en œuvre au sein une vingtaine de structures placées sous l’égide du Premier ministre, des ministres de la Santé, de l’Intérieur, de la Défense et/ou de l’Écologie, ces scénarios de gestion de crise s’inscrivent dans une architecture complexe où les chevauchements de compétences le disputent aux défauts de communication. Mais peuvent-ils prévoir l’imprévisible ?

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

La notion de « situation sanitaire exceptionnelle » (SSE) s’applique aussi bien à une maladie infectieuse à potentiel épidémique qu’à une catastrophe naturelle, à un accident technologique ou encore à un acte terroriste. Bref, elle vise « toutes les situations susceptibles d’engendrer une augmentation sensible de la demande de soins ou de perturber l’offre de soins », d’après l’ARS d’IDF.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte