Neurologues, chirurgiens ou gériatres entre espoir et exaspération  Abonné

Par
Sophie Martos -
Publié le 26/11/2018

« Je suis en poste depuis sept ans. J'ai passé le concours de la liste A trois fois et je ne l'ai pas eu. Dans ma spécialité, il y avait sept postes pour 300 candidats. Je n'ai pas de perspectives professionnelles. Je me bats pour une régularisation. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte