Syndrome des ovaires polykystiques

Ne pas surdiagnostiquer les adolescentes  Abonné

Par
Publié le 13/11/2017

Deux écoles s’affrontent autour du diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le consensus de Rotterdam (1) a retenu l’association de trois critères : oligo et/ou anovulation ; hyperandrogénie clinique et/ou biologique ; signes échographiques pelviens. Et ce, après avoir exclu les autres causes d’hyperandrogénie, comme l’hyperplasie congénitale des surrénales, le syndrome de Cushing et les tumeurs secrétant des estrogènes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte