Dépassements : les opposants à l’accord manifesteront à Paris le 14 novembre

Publié le 05/11/2012
1352128670386172_IMG_93052_HR.jpg

1352128670386172_IMG_93052_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

De nombreux blocs opératoires seront fermés à partir du 12 novembre à l’appel du syndicat Le BLOC. Une manifestation des internes et des chefs de clinique est programmée le même jour à Paris à l’initiative de l’ISNIH et de l’ISNCCA.

Au-delà de cet arrêt d’activité, de plus en plus de syndicats de médecins libéraux s’opposent à l’accord conventionnel encadrant les dépassements d’honoraires signé le 25 octobre par l’assurance-maladie, les organismes complémentaires (UNOCAM) et trois syndicats (CSMF, SML et MG France). Ils invitent la profession à manifester devant le ministère de la Santé, le mercredi 14 novembre, à partir de 14 heures.

Parmi les syndicats qui appellent à la grève figurent le BLOC mais aussi les anesthésistes (AAL) et de nombreuses verticalités chirurgicales (chirurgiens de la main, urologues, viscéraux, vasculaires, orthopédistes) et l’Union française pour une médecine libre (UFML).

Pour supprimer l’avenant 8

Dans une lettre ouverte aux présidents des syndicats signataires, l’UFML réclame la suppression de l’avenant 8 de la convention médicale. « Vous avez accepté la mort du secteur II, par tarissement de remboursement des compléments d’honoraires, chantage à l’adhésion au contrat d’accès aux soins qui soumettra nos médecins au pouvoir décisionnaire des mutuelles », écrit le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML, dans ce courrier.

La FMF, qui comme le BLOC avait finalement refusé de signer l’avenant 8 après avoir paraphé le relevé de fin de négociation, demande également aux médecins de fermer leur cabinet le 12 novembre et de manifester devant le ministère de la Santé le 14 novembre. « Les médecins français refusent l’encadrement du secteur II sans politique de revalorisation des actes opposables, bloqués depuis 20 ans pour la chirurgie et pour beaucoup d’actes de médecine générale et des spécialités cliniques », déclare le Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF.

 CH.G.

Source : lequotidiendumedecin.fr