Dépassements : la FHP « comprend » la grève du 12 novembre et souhaite la reprise des négociations

Publié le 08/11/2012
1352395330387364_IMG_93315_HR.jpg

1352395330387364_IMG_93315_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Son président Jean-Loup Durousset le reconnaît : la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) se trouve dans une « position double » sur la question de l’accord sur les dépassements d’honoraires et de l’appel à la grève du 12 novembre.

« Nous qui avons toujours été favorables à un accord sommes satisfaits de l’avancée des négociations, mais nous comprenons aussi que cet avenant n° 8 soit contesté », a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse.

Lancé par les internes, l’appel à la grève illimitée du 12 novembre correspond à la date d’arrêt d’activité des blocs opératoires voulue par les spécialistes de plateaux techniques du BLOC. Les médecins libéraux en exercice et les jeunes médecins tentés par l’exercice en libéral reprochent à l’accord signé avec l’assurance-maladie et les complémentaires santé de fixer un plafond trop bas pour les dépassements (150 % du tarif Sécu).

À Paris et Lyon, 70 % des cliniques touchées

Cette contestation, qui s’annonce massive, risque de toucher « 70 % des cliniques de la région parisienne et de Lyon, a prévenu Lamine Gharbi, président de la FHP-MCO. Ailleurs, c’est entre 30 % et 70 % des établissements qui sont impactés ». « Les syndicats sont déjà mobilisés, les CME se sont regroupés et le report d’activité chirurgicale pour le début de la semaine a été clairement établi dans les établissements ». Et si la grève devait durer ? « Quatre ou cinq jours de grève coûteraient plusieurs centaines de milliers d’euros de perte à la Fédération », a estimé Lamine Gharbi.

« Je pense que le mouvement va être suivi », a prédit pour sa part Jean-Loup Durousset. Le président de la Fédération, qui s’est dit « préoccupé » par « l’évolution de cet avenant », estime que le texte en l’état « mérite d’être complété ». Et de préciser être favorable à « une révision de cet avenant, en particulier du préambule où est inscrit le repère de 150 % ».

ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr