Approvisionnement en Cellcept : « Une situation revenue à la normale », annonce l’ANSM

Par
Nordine El Bartali -
Publié le 17/07/2019

Crédit photo : S. Toubon

Des tensions d’approvisionnement ont été rencontrées localement sur les spécialités Cellcept 500 mg comprimé pelliculé et Cellcept 250 mg gélule, a indiqué l’Agence du médicament (ANSM) dans un point d’information publié ce lundi 15 juillet 2019.

Des ré-approvisionnements effectués

Des difficultés d’approvisionnement qui ne sont pas négligeables. Et pour cause, Cellcept est un médicament d’intérêt thérapeutique majeur utilisé pour prévenir les rejets d’organe chez les patients ayant bénéficié d’une greffe rénale, hépatique ou cardiaque. « Sans ce traitement, le risque est le rejet, et par conséquent de perdre le greffon. C’est un traitement à vie, on ne peut pas s’en passer. », rappelle André Le Tutour, président de la Fédération nationale des malades et transplantés hépatiques.

Selon l’Agence du médicament, les tensions d’approvisionnement étaient liées à des « aléas logistiques et de transport ayant engendré un retard dans les livraisons ». Un retard, qui a été à l’origine de « phénomènes localisés de tension fin-début juillet », explique l’ANSM. « Aucune rupture de stock en Cellcept [n’a] été identifiée » et « la situation est revenue à la normale », affirme l’Agence.

En revanche, elle prévient que « quelques tensions localisées peuvent être ressenties de façon transitoire le temps que les stocks soient reconstitués au niveau des pharmacies ». Pour M. Le Tutour, obtenir du Cellcept, ou tout autre médicament anti-rejet comme les corticoïdes, relève parfois du « parcours du combattant ».

De son côté, le laboratoire Roche dit être « conscient de l'inquiétude générée par ces tensions d'approvisionnement chez les patients traités par Cellcept et leur entourage ». Pour faire face à ces tensions, des « mesures conservatoires ont été mises en place», précise le fabricantPlusieurs ré-approvisionnement ont été effectués permettant une « distribution normale de l'ensemble des spécialités de la gamme Cellcept sur l'ensemble du territoire ».

Les corticoïdes, aussi en pénurie

L'immunosuppresseur n'est pas le seul à faire l’objet de difficultés d’approvisionnements. En mai 2019, l’Agence du médicament expliquait dans un point d’information avoir été informé par les laboratoires commercialisant des corticoïdes à base de prednisone (Cortancyl et génériques) et de prednisolone (Solupred et génériques), de l’existence de « fortes tensions d’approvisionnement ». Elle avait alors réuni l’ensemble des laboratoires concernés pour trouver des solutions permettant d’assurer un approvisionnement « pérenne et sécurisé ».

Quelques semaines plus tard, elle publie un point de situation sur la disponibilité des corticoïdes en France. Elle y indique que la situation « continue de s'améliorer et se dirige progressivement vers un retour à la normale ». 


Source : lequotidiendumedecin.fr