Une belle femme  Abonné

Publié le 25/10/2012

Le business de la minceur est à considérer dans le cadre plus large de celui de la beauté féminine. Cosmétiques, industrie de la mode, transmettent invariablement, via des injonctions culpabilisantes, l’image de la féminité la plus stéréotypée - fragile, séductrice, etc - version « new look », présentée comme libératrice. Or ce sont bien la soumission et les inégalités qui sont alimentées par cette dévalorisation des femmes (réduite à une apparence hyper normée), avec à la clé une fragilité bien réelle : celle des inégalités au travail, des violences, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte