Un plan « Aisance aquatique » pour prévenir les noyades

Par Charlène Catalifaud
Publié le 16/04/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
noyade

noyade
Crédit photo : S. Toubon

Alors que les résultats intermédiaires de l'enquête NOYADES 2018 ont montré une augmentation des noyades accidentelles entre 2015 et 2018, le ministère des Sports vient de lancer le plan « Aisance aquatique », élaboré conjointement avec les ministères de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, de l'Intérieur et de la Santé et des Solidarités.

En juillet dernier, le Premier ministre Édouard Philippe annonçait en effet vouloir renforcer le plan de lutte contre les noyades et le programme de formation à la nage de l’Éducation nationale.

Ce plan vise à familiariser les enfants à l'eau dès le plus jeune âge et à favoriser l'apprentissage de la natation dans l'optique de prévenir les risques de noyade.

Une semaine intensive expérimentée

Dans le cadre de ce plan, une première expérimentation a démarré le 15 avril à Paris pour évaluer l'intérêt d'une semaine intensive de natation. « En une semaine, et à raison de deux séances par jour, les enfants de maternelle sont susceptibles d’acquérir les bases durables de l'aisance aquatique dès 4 ans », indique le ministère des Sports.

Par ailleurs, des mini-vidéos didactiques seront bientôt mises à disposition des familles pour aider les parents à accompagner leurs enfants en piscine. « L'acquisition de ces rudiments permettra par des gestes simples de rendre l'enfant à l'aise dans l'eau pour prévenir les accidents, lutter contre l'aquaphobie et faciliter l'apprentissage ultérieur des techniques de nage », estime le ministère.

Avec la volonté d'harmoniser les pratiques, la ministre des Sports Roxana Maracineaunu a lancé « un grand chantier de rénovation de l'apprentissage de la natation » avec notamment les fédérations et l'Éducation nationale.

Le dispositif « J'apprends à nager », lancé en 2015, va aussi être renforcé : il va concerner les enfants de 4 à 10 ans (contre 6 à 12 ans auparavant), et son budget va être doublé en 2019. Ce dispositif a déjà permis à plus de 300 000 enfants d'apprendre à nager.

Enfin, un budget de 15 millions d'euros va être alloué au développement d'infrastructures (piscine, bassin d'apprentissage…).


Source : lequotidiendumedecin.fr