G8, santé et développement

Promesses non tenues et financements en berne  Abonné

Publié le 26/05/2011
1306396032257773_IMG_61707_HR.jpg

1306396032257773_IMG_61707_HR.jpg

L’INITIATIVE FUT LANCÉE lors du sommet de l’Aquila en 2009, lorsque les chefs d’État et de gouvernement du G8 ont prôné « un mécanisme de responsabilité mutuelle permettant d’évaluer les progrès et de renforcer l’efficacité des actions ». Après le rapport de Muskoka (Canada), présenté en juin 2010, celui de Deauville prétend à nouveau faire la lumière sur le financement de l’aide publique au développement (APD).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte