Lyme : les sociétés savantes refusent de cautionner les recommandations de la HAS

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 20/07/2018

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), et quinze autres sociétés savantes* s'associent pour faire part de leur refus de cautionner en l'état les recommandations de bonne pratique portant sur la borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques de la HAS. La SPILF et le CNGE avaitent déjà chacune leur tour réagi. 

Dans une lettre adressée à la présidente de la HAS Dominique Le Guludec, elles estiment que le chapitre sur « la symptomatologie/syndrome persistant(e) polymorphe après une possible piqûre de tique (SPPT) ne s’appuie sur aucune donnée validée », dénonçant des risques pour les patients, notamment celui d'une prise en charge inadaptée.

Elles souhaitent ainsi la suppression de ce chapitre et la poursuite « des travaux afin d’aboutir à une recommandation fondée sur les preuves et les données actualisées de la science, en tenant compte des recommandations internationales disponibles des sociétés savantes allemande, anglaise et américaine ».

* Centre National de Référence des Borrelia, Collège de la Médecine Générale, Collège des Universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), Conseil National Professionnel de Psychiatrie (CNPP), Collège National pour la Qualité des Soins en Psychiatrie (CNQSP), Fédération Française de Neurologie (FFN), Société Française de Dermatologie (SFD), Société Nationale Française de Médecine Interne, Société Française de Microbiologie (SFM), Société Française de Mycologie Médicale, Société Française d’Ophtalmologie, Société Française de Pédiatrie, Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique (GPIP), Société Française de Rhumatologie (SFR), Société Française d’Étude et de Traitement de la Douleur (SFETD)


Source : lequotidiendumedecin.fr