Effets indésirables des compléments alimentaires et aliments enrichis

L’ANSES appelle les médecins à la vigilance

Publié le 09/10/2014
LE QUOTIDIEN : Quels enseignements tirez-vous du dispositif de Nutrivigilance créé dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires ?

Pr GÉRARD LASFARGUES : Ce dispositif était important à mettre en place, car l’offre de compléments alimentaires et d’aliments enrichis n’a cessé d’évoluer ; il fallait se doter d’un outil pour renforcer la sécurité du consommateur exposé à ce marché qui atteint un chiffre d’affaires de 1 353 milliards d’euros en 2013 pour les compléments alimentaires à eux seuls.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?