Un rapport de l’Académie des Sciences

Fukushima : l’enjeu du risque résiduel  Abonné

Publié le 04/04/2012

« DE MÊME qu’il y a eu un avant et un après Tchernobyl, il y aura un avant et un après Fukushima », considère Alain Carpentier, président de l’Académie des Sciences. « L’après Fukushima naîtra de la réflexion que doivent engager les instances scientifiques internationales », déclare-t-il. Quelques semaines après le séisme, le tsunami au Nord-Est du Japon et l’accident nucléaire de Fukushima, le Scientific Council of Japan lançait un appel aux instances scientifiques du monde entier pour coopérer sur l’analyse du désastre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte