Dans la petite enfance  Abonné

Publié le 10/10/2013

L’idée de la valorisation des personnes est aussi ressortie d’une réunion* du groupe de travail « précarité » du grand forum de l’alimentation des tout petits. Certaines doutent de leur capacité à faire les bons choix pour leurs enfants et s’en remettent aux industriels, ou peuvent se sentir dévalorisés par la cuisine (« mes mômes auront le droit à la même marque comme les autres »), ce qui peut expliquer, au-delà de la contrainte temps et de la diminution de la transmission intergénérationnelle, un désinvestissement de celle-ci.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte