Six mois après l’initiative chinoise malheureuse, des Britanniques veulent modifier l’embryon  Abonné

Publié le 22/09/2015

La polémique internationale sur la manipulation du génome embryonnaire n’est pas près d’être close. L’agence britannique de la fertilisation humaine et de l’embryologie (HFEA pour human fertilisation embryology authority) a annoncé avoir reçu une demande pour manipuler des embryons humains du Francis Crick Institute à Londres, et selon le Guardian, de la chercheuse Kathy Niakan.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte