Pour l’autoconservation ovocytaire  Abonné

Publié le 28/06/2018

La chute de la fertilité avec l’âge et le désir de plus en plus tardif d’enfant sont devenus deux réalités tangibles. La seule réponse française est le don d’ovocytes, qui impose aux donneuses une stimulation de l’ovulation et une ponction d’ovocytes et aux receveuses une grossesse à risques. L’autoconservation ovocytaire, à un moment où la femme est encore fertile permet aux femmes qui n’ont pas pu exaucer leur souhait de maternité de préserver leur fertilité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte