Quand l’obstétrique chinoise s’occidentalise

L’hôpital de Yanda : 40 blocs, 2 000 lits  Abonné

Publié le 14/12/2010
1292292457212328_IMG_50427_HR.jpg

1292292457212328_IMG_50427_HR.jpg

1292292459212330_IMG_50425_HR.jpg

1292292459212330_IMG_50425_HR.jpg
Crédit photo : D. CH.

1292292458212329_IMG_50426_HR.jpg

1292292458212329_IMG_50426_HR.jpg
Crédit photo : D. CH.

DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE

LE CHAT est un signe moins prolifique que le cochon en matière de conceptions : il y aura moins de bébés chinois en 2011 qu’en 2007. Sauf si la médecine s’en mêle : « Avec nos FIV, il y a bien des fois où il y aura deux bébés à la fois! », s’amuse le Dr Michel Martin, un obstétricien lyonnais recruté par l’hôpital de Yanda pour y diriger la maternité. À 70 ans, il joue la dernière manche de sa carrière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte