Moins de toux, de mucus et de réponse neutrophile

Les opiacés augmentent le risque infectieux

Par
Pascale Solere -
Publié le 15/04/2019
pneumopathie

pneumopathie
Crédit photo : Phanie

Les opiacés sont largement prescrits pour la douleur y compris chez les sujets VIH+ mais de plus en plus de données suggèrent qu'ils augmentent le risque infectieux, en particulier celui de pneumopathie communautaire. En effet ils inhibent la toux, la sécrétion de mucus et la réponse neutrophile alvéolaire au streptocoque sans compter que certains d'entre eux, comme la morphine - mais pas l'oxycodone - semblent exercer une activité immunosuppressive. Pour autant leur impact clinique reste assez peu étudié.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)