Manipulation des corps après un décès

Les dispositions dérogatoires en cas de VIH ne sont pas justifiées  Abonné

Publié le 30/03/2009
1276104514F_600x_49003_IMG_11957_1238492512759.jpg

1276104514F_600x_49003_IMG_11957_1238492512759.jpg
Crédit photo : AFP

«  TRÈS RÉCEMMENT, les proches d’une personne décédée n’ont pu avoir immédiatement accès au corps car des services médicaux ont refusé de le confier aux pompes funèbres en raison d’une suspicion d’infection par le VIH.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte