Fracture sociale face à la greffe de rein

Par
Damien Coulomb -
Publié le 08/06/2016
DIALYSE

DIALYSE
Crédit photo : S. TOUBON

« C'est un signal fort que l'on démontre pour la première fois. » Pour Christian Baudelet, vice-président de l'association de patients Renaloo et sociologue du centre Maurice Halbwachs (ENS), il existe une fracture sociale dans la prise en charge de l'insuffisance rénale terminale en France : les plus aisés, ou plus précisément ceux qui ont un plus haut niveau d'études, ont plus facilement accès à la greffe que ceux ayant niveau d'études plus faible.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)