Séralini entendu demain sur son étude OGM

Des résultats de plus en plus contestés  Abonné

Publié le 08/10/2012
1349687322377478_IMG_90717_HR.jpg

1349687322377478_IMG_90717_HR.jpg
Crédit photo : AFP

« ON A FAIT PEUR aux gens sur des bases qui, à ce stade, ne sont pas avérées », a regretté François Houlier, le président de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), suite aux controverses provoquées par l’étude sur la toxicité du maïs OGM NK603 de Monsanto. « On peut réfléchir aux questions d’expertise, mais c’est dommageable de l’avoir fait dans le style d’une campagne de presse. Surtout qu’il y a des organismes de recherche en France qui savent eux aussi lancer des alertes quand c’est nécessaire », a-t-il noté.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte