Six millions de consultations « économisées » : Buzyn défend sa réforme et écarte le conventionnement sélectif

Par
Loan Tranthimy -
Publié le 10/01/2020

Crédit photo : AFP

« Face au manque de médecins, je ne suis pas sûr que la suppression du numerus clausus soit suffisante. C'est un cri d'alarme, Mme la ministre. Mes concitoyens disent qu'ils sont moins bien soignés que les animaux. Et moi je n'ai pas de réponse à leur donner », lance Paul Molac, député du Morbihan (Groupe Libertés et territoires).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?