Courrier des lecteurs

Simone Veil et la clause de conscience

Publié le 01/11/2018

Dans la présentation que fait le Quotidien du « Point de vue » du Dr Marie Msika Razon sur la clause de conscience concernant l’IVG (« Le Quotidien » du jeudi 18 octobre 2018), il est écrit que la clause de conscience est « l’un des derniers compromis acté par la loi Veil pour éviter à l’époque l’opposition du corps médical » Or Simone Veil était elle-même très engagée dans le respect de cette clause de conscience, et cet engagement n’avait pas comme origine un compromis à l’intention du corps médical.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)