Éditorial

Question de souveraineté

Par
Jean Paillard -
Publié le 05/06/2020

C’est un des effets pervers de la mondialisation au plan de la santé publique. Les ruptures de stocks de médicaments se sont multipliées comme jamais ces dernières années. Avec des conséquences sanitaires et pratiques pour les prescripteurs comme pour les patients. Nos lecteurs ne sont pas les derniers à s’être alarmés de la pénurie de traitement de la maladie de Parkinson, de molécules indispensables à certaines chimiothérapies, de corticoïdes, ou, il y a quelques années de la benzathine benzylpénicilline alors que la syphilis était en recrudescence.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)