Entretien

Pr Régis Aubry : « Ce n’est pas avec une loi qu’on couvrira toutes les problématiques de la fin de vie »

Par Coline Garré
- Mis à jour le 12/07/2019

Crédit photo : Lucas Morin

LE QUOTIDIEN : Quel bilan tirez-vous des 5 années d’activité de l’ONFV ?

Pr AUBRY : Nous avons éclairé les zones d’ombres autour de la fin de vie. À l’origine de l’ONFV, il y avait le constat d’un manque de données concrètes sur un sujet dont on parle beaucoup, mais de façon tranchée et réductrice. On s’est donc intéressé à la fin de vie des âgés. Notre société concentre ce qu’elle ne veut pas voir dans des lieux où les moyens de l’accompagnement font défaut.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?