Après Outreau III

Parole d’enfants : l'ère du doute  Abonné

Publié le 11/06/2015

En acquittant pour la troisième fois Daniel Legrand, alors que plusieurs victimes de viols l’accusaient formellement, la justice a de nouveau jeté le trouble sur la parole des enfants victimes. Depuis les procès de 2004 et 2005 qui avaient innocenté 13 des 17 mis en examen, selon la formule de la directrice de la Protection judiciaire de la jeunesse, Catherine Sultan, « on a peur de passer d’une parole (d’enfant ) presque évangile à un enfant forcément menteur ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte