Vers une filière santé commerciale à l’export

Nicole Bricq : « C’est maintenant que la France doit se positionner »  Abonné

Publié le 23/05/2013
LE QUOTIDIEN - Pourquoi avoir retenu la santé comme une priorité à l’export ?

NICOLE BRICQ - Nous avons regardé la demande mondiale de produits et de services, et nous avons constaté que beaucoup de pays émergents à forte croissance engagent des plans pour que leur population se soigne mieux. On ne peut plus se satisfaire d’une offre pharmaceutique isolée. Il faut être capable de vendre une offre groupée, clé en main, pour répondre à la demande hospitalière qui émerge. Les besoins vont également exploser dans le secteur du grand âge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte