L'ultimatum aux médecins kényans  Abonné

Par
Publié le 12/01/2017

Dans le même registre que « la bourse ou la vie », voici « la fin de la grève ou votre poste ».

Pour mettre un point final à la grève dévastatrice – la presse locale a fait état de morts dans la population dès le premier jour du conflit – que mènent depuis le 5 décembre quelque 5 000 médecins et soignants du secteur public au Kenya, les autorités du pays ont résolu de recourir, en termes de sanctions disciplinaires, à l'arme lourde : le licenciement pur et simple.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte