« L'homéopathie ne peut pas fonctionner autrement que par l'effet placebo », recadre Agnès Buzyn

Par
Sophie Martos -
Publié le 19/04/2018
homeopathie

homeopathie
Crédit photo : Phanie

Interrogée ce jeudi sur la vive polémique relative à ses propos sur l'homéopathie, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a affirmé sur Europe 1 que l'homéopathie est remboursée « comme tous les médicaments qui ont un service médical rendu faible à 15 % »« Il y a toute une catégorie de médicaments dont on sait que l'efficacité n'est pas très prouvée. C'est ce qu'on appelle l'effet placebo », a-t-elle justifié à nouveau.

« En tant que scientifique, je considère que l'homéopathie ne peut pas fonctionner autrement que par l'effet placebo ! Dans tous les cas, rien n'a été prouvé autrement, a-t-elle martelé au micro de Patrick Cohen. Si on doit se poser la question du remboursement, on doit plus généralement se poser la question du remboursement de médicaments très peu efficaces. »

Alors faut-il oui ou non dérembourser l'homéopathie ? La ministre a convenu que ce n'était « pas une priorité » depuis son arrivée au ministère, minimisant au passage les enjeux économiques. « Ça représente une somme assez réduite pour la Sécurité sociale. C'est quelques dizaines de millions d'euros. Ce n'est pas ça qui va permette de faire des économies importantes par rapport aux enjeux financiers de remboursement des soins », conclut-elle.

 

Reste à charge zéro : réforme effective avant la fin du quinquennat

Sur la délicate réforme du reste à charge zéro, Agnès Buzyn a assuré que les concertations avec les filières optique, dentaire et de l'audioprothèse avancent depuis novembre 2017 et sont « bien parties pour aboutir ».

Selon la ministre, les tensions avec les opticiens vont « se régler », même si « c'est compliqué », précisant qu'on se dirigeait finalement vers un remboursement de lunettes tous les deux ans. Les opticiens ayant claqué la porte de la précédente concertation, vent debout contre les propositions de la Direction de la Sécurité sociale (DSS), notamment celle d'interdire aux Français de changer leurs lunettes avant trois ans [pour ceux qui veulent des nouvelles lunettes pour des raisons esthétiques NDLR]. 

Côté budgétaire, le reste à charge zéro « va être financé en grande partie par l'assurance-maladie, une partie par les complémentaires et puis par des redistributions de la valeur dans le cadre de la filière », a-t-elle reconnu, souhaitant donc « laisser le temps aux différents métiers de ces filières de se réorganiser ». 

Les délais seront tenus pour les trois filières avec un calendrier de mise en œuvre « au mois de mai ou juin ». « Ce n'est pas une réforme qui va se mettre en place du jour au lendemain, a-t-elle toutefois prévenuNous ne pouvons pas promettre le reste à charge zéro pour la totalité des paniers de soins cette année car cela nécessite des rééquilibrages dans les filières. » Mais cette réforme sera aboutie et « effective avant la fin du quinquennat ».


Source : lequotidiendumedecin.fr