L'État met Carmat sous perf' sur fond de rumeurs de délit d'initié  Abonné

Par
Publié le 01/03/2016
Carmat

Carmat
Crédit photo : DR

Comment financer une entreprise qui n’a pas de chiffre d’affaires, comme le reconnaît son directeur général, Marcello Conviti, dans l’entretien qu’il accorde au « Quotidien » ; dont l’action, à près de 200 euros il y a cinq ans, s’apprécie aujourd’hui autour de 30 euros ; et qui doit engager un onéreux programme industriel et clinique en vue du marquage CE du cœur artificiel, alors que sa trésorerie est annoncée à 3 millions d’euros ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte