Malgré les mises en garde du secteur

La nouvelle baisse des tarifs consterne les hôpitaux et cliniques  Abonné

Par
Publié le 01/03/2018
bloc chir

bloc chir
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Pour sa première campagne tarifaire, Agnès Buzyn a surpris son monde (hospitalier) en annonçant dès lundi les arbitrages qui définissent les montants remboursés aux établissements pour leurs prestations de soins (généralement attendus début mars). 

Il n'y a pas eu de miracle : comme l'avait annoncé Édouard Philippe quelques jours plus tôt, à Eaubonne (Val-d'Oise), les tarifs 2018 sont une nouvelle fois en baisse, au grand dam des fédérations hospitalières qui avaient mis en garde sur le risque de « point de rupture »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte