Senlis, les réanimateurs menacent de claquer la porte

La démission collective, arme de négociation à l'hôpital  Abonné

Par
Publié le 16/02/2017

C'est un transfert qui passe mal. Le 1er mars, le service de réanimation du petit hôpital de Senlis, dans l'Oise, doit rejoindre Creil, établissement situé à dix kilomètres avec lequel Senlis a fusionné en 2012. Une unité de huit lits de surveillance continue sera maintenue sur place.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte