Éditorial

Feu vert  Abonné

Par
Publié le 25/10/2018

C’est une bonne opération pour la ministre de la Santé. Dix-huit mois après sa nomination, Agnès Buzyn paraît en effet confortée comme jamais à l’issue du premier remaniement d’envergure qu’a connu le gouvernement. Et d’abord parce qu’elle reste à son poste. Une performance appréciable, quand on sait que sept de ses collègues ont dû – de gré ou de force — faire leurs cartons depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Son maintien est tout sauf une surprise, tant l’hématologue ne paraissait pas menacée ces dernières semaines.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte