Dossier

Regards croisés

Faut-il repousser l'accès à  l'IVG au-delà de 12 semaines de grossesse ?

Publié le 14/11/2019
Faut-il repousser l'accès à  l'IVG au-delà de 12 semaines de grossesse ?


S. Toubon

Trop de femmes ne peuvent se faire avorter à temps ou sont obligées de se rendre à l'étranger pour y parvenir. Dénonçant cette situation, les militant(e)s du droit des femmes réclament donc une nouvelle extension du délai de réalisation de l'IVG de 12 à 14 semaines de grossesse. En juin dernier, la sénatrice (PS) Laurence Rossignol a traduit cette revendication dans une proposition de loi. En vain, du fait des réticences du gouvernement. Mais la question devrait revenir à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale. La présidente de sa Délégation aux droits des femmes, Marie-Pierre Rixain (LREM) a lancé cet été une mission sur le sujet et elle a promis de déposer une proposition de loi cet automne. Sur le sujet, les médecins sont partagés. En témoignent, les regards croisés de praticiens investis sur l'interruption volontaire de grossesse, que «Le Quotidien du Médecin» a sollicités.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?